Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil | Ressources | Formation DevSup 2015
Actions sur le document

Formation "Accompagner l'approche-programme dans l'enseignement supérieur" 2015

Par Editeur général - Dernière modification 30/08/2016 06:50

La formation "Accompagner l'approche-programme dans l'enseignement supérieur" participe de la valorisation des travaux réalisés dans le projet DevSup (2011-2015) qui a reçu le soutien de la MIPNES (Mission pour la pédagogie et le numérique dans l’enseignement supérieur) de la DGESIP (Direction générale pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle) du MENESR (Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche).

Contexte de la formationLogo MENESR

L’approche-programme désigne un modèle d'organisation de l'enseignement autour d'un projet de formation, projet qui conduit à écrire le programme que les cours viennent ensuite nourrir. Elle repose sur une équipe pédagogique en projet qui s’engage dans une œuvre commune. L’approche par compétences conduit à une réflexion sur le passage des compétences visées aux compétences explicitées, en passant par leur mobilisation dans des situations d'apprentissage.

En France, l’approche-programme commence à se déployer. Dans ce contexte, l’équipe EducTice pilote le projet DevSup,soutenu par la MiPNES-DGESIP, en collaboration avec les universités de Sherbrooke et de Montréal. Cette formation est organisée dans le but d’apporter un soutien aux établissements de l'enseignement supérieur qui ont fait le choix de la rénovation pédagogique. Elle s'adresse à tous les acteurs de l'enseignement supérieur : enseignants engagés ou souhaitant s’engager dans un projet de mise en œuvre de l’approche-programme, responsable d’UFR ou de diplôme, ingénieur pédagogique, etc.

Objectifs de la formation

  • Partager des pratiques existantes ou émergentes autour de l’approche–programme dans les universités françaises ;
  • pointer les questions que soulève cette approche ;
  • mettre en projet des équipes pédagogiques, pluridisciplinaires et pluri-catégorielles ;
  • favoriser la mise en relation et les échanges entre les équipes en projet pour soutenir l’opérationnalisation et la diffusion de l’approche-programme ;
  • s’appuyer sur les apports de la recherche en éducation sur l’approche-programme et les thématiques connexes.

Organisation générale des journées de formation et interventions plénières

Les journées alterneront des conférences et des sessions de travail en ateliers, en vue d’engager le déploiement de l’approche-programme dans chaque contexte, et de créer une dynamique entre les contextes. Le programme est disponible en ligne.FdeF_2015_ImageIFE

Les informations sont disponibles sur la page Formations de l'IFE :

Introduction de la formation

Conférences invitées

L’approche par compétence, un cadre théorique pour étayer les pratiques, par Jean-Claude COULET (chercheur associé au CRPCC, Centre de Recherche en Psychologie, Cognition et Communication, Université Rennes 2)

     Conférence de J.-C. Coulet disponible sur Canal-U
     Biographie de Jean-Claude COULET

    Au-delà des polémiques dont elle fait l’objet, la mise en œuvre d’une approche par compétences (APC) s’impose de plus en plus, en formation, comme une pratique censée donner un nouveau souffle aux apprentissages. Cependant, à défaut d’un cadre théorique rigoureux pour définir la notion de compétence et expliciter les processus responsables de sa mobilisation et de son développement, on risque fort de ne pas lui donner les moyens de répondre à l’engouement qu’elle suscite.
    Dans un premier temps, il s’agira de rappeler quels sont les principaux enjeux de l’APC et de montrer quelles sont les principales difficultés auxquelles peut se heurter sa mise en œuvre. Nous insisterons plus particulièrement sur les travers induits par les définitions classiques de la compétence et, notamment, celle qui prévaut dans la communauté européenne, à savoir : la trilogie des connaissances, capacités (ou aptitudes) et attitudes.
    Partant de ces constats, nous présenterons, dans un second temps, une conception alternative de la compétence, fondée sur les principaux apports des théories de l’activité. Nous montrerons alors en quoi cette conception permet d’envisager les multiples leviers offerts à l’enseignant dans l’accompagnement des apprentissages visés par la formation à laquelle il contribue.
    Dans un troisième temps enfin, à l’aide d’exemples concrets, on s’attachera à mettre en évidence comment il est possible, grâce à ce cadre théorique, de concevoir les référentiels de compétences (compétences visées), de définir des objectifs pédagogiques, d’envisager l’évaluation des compétences effectivement construites (compétences effectives) à travers les modalités d’apprentissage retenues et, au-delà, d’offrir aux apprenants l’occasion de prendre conscience de leurs acquis de formation (compétences explicitées), notamment en outillant leur formalisation.

    L’approche-programme : collégialité, collaboration, transparence et responsabilités partagées, par Anastassis KOZANITIS (professeur au département de didactique, UQAM, Université du Québec à Montréal)

         Conférence d'A. Kozanitis disponible sur Canal-U
         Biographie d'Anastassis KOZANITIS

        Planifier et organiser les formations en enseignement supérieur selon la logique de l’approche-programme revêt désormais un caractère indispensable pour qui veut relever les défis liés aux réformes de programmes par compétences et pour envisager la complexité accrue des parcours universitaires professionnalisants. Cette approche considère les compétences comme l’axe central autour duquel se prennent les décisions relatives à la formation des étudiants. Elle assure ainsi une meilleure cohérence des choix pédagogiques et une articulation logique des matières, des activités d’apprentissage et d’évaluation.
        Véritable alternative à une approche-cours, l’approche-programme modifie la façon de travailler des professeurs puisqu’elle exige un degré de collaborations et de collégialité plus élevé, mais permet un partage plus équitable et conséquent des responsabilités découlant de la formation. En somme, l’approche-programme se veut un véhicule de planification et d’organisation de la formation qui permet aux parties prenantes d’en apprécier le sens pour mieux en assurer la qualité.

        Témoignages

        Déploiement d'une approche programme sur toute une UFR : premier retour d'expérience, par Michel EVAIN (Doyen de la Faculté des Sciences et des Techniques, Université de Nantes) et Claire FLANDRIN (ingénieur pédagogique, Université de Nantes)

        L'UFR Sciences et Techniques de l'Université de Nantes s'est lancée à l'automne 2014 dans une réflexion autour de son offre de formation, en vue du prochain contrat quinquennal, à l'horizon de la rentrée 2017, en utilisant une méthodologie particulière : l'approche programme. L'objectif de l'atelier est de présenter un 1er retour d'expérience sur le déploiement d'une telle démarche à l'échelle d'une composante. Nous analyserons, en premier lieu, les éléments de contexte qui semblaient favorables à l'émergence du projet : lien avec le nouveau processus d'accréditation, soutien politique de l'établissement, importance de la gouvernance, élaboration de la stratégie... Puis nous présenterons la méthodologie que nous avons construite et mise en œuvre depuis 1 an, ainsi que quelques outils associés. Enfin, nous terminerons notre exposé par un 1er bilan, à la fois quantitatif et qualitatif.

        Expérimentation du dispositif DevSup avec une équipe pédagogique. Le cas du master MEEF-SPC de l’académie de Grenoble, par Pascal FEBVRE (professeur des universités de sciences physique, Université de Savoie et ESPE de Grenoble), Jean-Louis FERRARINI (enseignant de chimie, Université de Savoie et ESPE de Grenoble), Sassia MOUTALIBI (ingénieur pédagogique, département APPRENDRE, Université de Savoie), Amandine RAZE et Pierre BENECH (ingénieurs pédagogiques, ENS de Lyon)

        Dans le contexte de mise en place par l’équipe enseignante d’une offre de formation adaptée aux réformes successives du recrutement des enseignants du secondaire, poursuivre une démarche d’amélioration, notamment de l’évaluation des compétences professionnelles des étudiants, s’avère nécessaire. Un point problématique est l’évaluation conjointe de compétences communicationnelles, disciplinaires et didactique. Dans le cadre de DevSup, l’équipe enseignante s’est réunie pour définir un vocabulaire commun en termes de compétences visées, et pour rédiger des objectifs d’apprentissage afin de formaliser un contrat didactique nécessaire en termes d’évaluation des acquis. Ce travail collaboratif, inhabituel dans l’activité usuelle, a mis au jour des difficultés relatives au partage d’un cadre de référence sur la définition de l’approche par compétences ou des objectifs d’apprentissage. De potentiels obstacles liés au degré variable d’ « innocence en pédagogie », et de différences de contexte professionnel des membres de l’équipe pédagogique qui ont pu être surmontés pour ouvrir vers un consensus, grâce à la périodicité des rencontres de travail et à la production de rapports d’étape qui ont soutenu l’engagement de chacun.

        L’accompagnement mis en place par l’équipe du projet DevSup auprès de l’équipe du master MEEF SPC est issu de toutes ces problématiques et des besoins analysés au fur et à mesure des rencontres. Plusieurs phases ont structuré la démarche, par des allers-retours constants : une phase d’impulsion et de cohésion du groupe a permis de constituer un espace de coopération / collaboration, et une phase de travail sur les éléments-clés (certaines ‘briques’ de la formation recouvrant des représentations différentes au sein de l’équipe pédagogique) a permis de donner une vision d’ensemble de la formation et de ses évolutions à l’équipe. Les buts des ‘accompagnants’, à travers la méthodologie employée, les différents documents produits à l’issue des séances, la présentation de l’outil @LOES, etc., étaient d’amorcer d’une part, une dynamique de groupe pour une réingénierie collaborative de la formation, et d’autre part, de fournir des outils permettant une autonomie progressive de l’équipe sur ces problématiques d’approche-programme et de compétences.

        La position adoptée par l’ingénieur d’études du service d’appui durant cette expérimentation a été celle d’un observateur. L’observation a permis de mesurer les difficultés rencontrées pour adopter une formulation convenant à chacun des enseignants intervenant dans l’Unité d’Enseignement mise au travail. Elle a également fait ressortir que la démarche adoptée et les méthodes utilisées sont des facteurs essentiels pour amener les acteurs à se comprendre. En termes de perspectives, le département APPRENDRE souhaite poursuivre la réflexion entamée avec l’équipe du master MEEF. Des notions inhérentes à l’alignement constructif qui sont largement abordées dans certains ateliers mériteraient d’être approfondies sous forme de sessions complémentaires de formation ou accompagnement. Cette démarche pourra également être enrichie par diverses actions telles que : l’organisation d’évènements sur cette thématique ; a valorisation des vidéos du projet CRAIES (UNR-RA et Région Rhône-Alpes) lors d’ateliers ou d’accompagnement ; l’utilisation de l’outil @LOES en accompagnement. Les besoins en lien avec l’approche par compétences émergeant progressivement dans les composantes de l’Université Savoie Mont Blanc, le département souhaite développer progressivement ses compétences.


        notice légale